Adresse de gestion : Association ARCHEA
3, chemin de St Hilaire - 37370 Chemillé-sur-Dême
Tel.: 09 63 27 43 06 - Courriel : archearegioncentre@orange.fr
Association
 
Actualités
 
Publications
 
Programmes


Anciens programmes

Chinon
Rigny
Mévoisins
Saint-Piat
Atlas des communes
Berry antique
Vallée de la Creuse
Tours
Saint-Julien
Chartres
Mégalithes de Beauce
Occupation humaine en Beauce
Le Val d'Orléans
Monnaies Médiévales et Modernes à Chartres

 

Opération de Chinon :
Le site de la collégiale Saint-Mexme.

La restauration de la collégiale Saint-Mexme, mise en œuvre par la Ville et l’Etat depuis 1983, a suscité la réalisation d’une fouille archéologique achevée en 1993 et portant sur les parties disparues de l’édifice comme sur ses abords immédiats. Le programme ARCHEA a permis l’étude des données et leur publication, prévue en 2004.

Sur ce site, localisé à la périphérie orientale de l’agglomération antique, la fouille a révélé le développement, à partir du 5e siècle, d’une vaste nécropole au milieu de laquelle fut plus tard édifiée une église collégiale qui connut trois campagnes de construction principales :

  • Construction vers l’an mil d’une église à trois vaisseaux prolongés par un chevet triabsidial pourvu d’une petite crypte ;
  • Vers le milieu du 11e siècle, ajout d’un massif occidental composé d’un porche voûté surmonté d’une tribune haute et encadré de deux tours ;
  • A partir des environs de 1100, allongement de la nef vers l’est et construction d’un nouveau chevet à déambulatoire et à chapelles rayonnantes sous lequel s’étendait une deuxième crypte.

L’agrandissement progressif de l’église, la monumentalisation de son accès comme la construction des cryptes et d’un chevet à déambulatoire témoignent du développement du culte rendu à Saint-Mexme et font de la collégiale une véritable église de pèlerinage.

Le site a connu un usage funéraire continu du 5e siècle jusqu’à la veille de la Révolution, les inhumations gagnant progressivement du terrain vers le nord. L’église elle-même abrita de nombreuses sépultures, dont quelques inhumations de nature exceptionnelle tels cinq coffrages en pierre soigneusement construits, placés en position centrale dans le massif occidental et qui ont reçu au 13e siècle les corps de chanoines inhumés dans leurs vêtements liturgiques.

Contact : Elisabeth Lorans